Jean Salmon Macrin (1490-1557), valet de chambre du Roi, fut aussi un proche du cercle humaniste lyonnais (François Rabelais, Etienne Dolet, Maurice Scève). Couronné en 1535 du titre d’ « Horace français », il composa plusieurs de recueils poétiques dans lesquels il exprime sa foi en Dieu et son plaisir né des petites joies de la vie quotidienne en famille en un style et une métrique nettement inspirés du poète de Venouse.

            Dans cet extrait des Hymnes (1537),  il déplore les souffrances de la séparation : valet de chambre du Roi, il s’absente longtemps du foyer conjugal de Loudun pour vivre à la Cour.

 

 

 

 

 

Maladie d’amour, par Jan Steen (Pinacothèque de Münich)

          Ad Gelonidem coniugem

 

Dilecta o mihi magis Geloni,

Sic in me tuus anne amor refrixit,

Aeternum fore quem prius putabam,

Festinanter ut huc venire visum

Nolis dulciculum tuum maritum?               5

Quicum blandula lusitare noras

Haurire oscula, identidem et datare

Vbertim ambrosio rigata odore

Et iuxtim thalamo meridiari,

Vt pluris facias inepta matrem                    10

Et fratrem unicum et unicam sororem

Notarumque choros puellularum,

Quam commercia te viri vocantis

Amplexus ad amabiles torumque

Et stacte et Syrio fragrantem amomo ?         15

Non haec ante receperas Geloni,

Cum tu luctisonum vale exeunti

Pertristis mihi diceres et udos

Impleres lachrymis sinus obortis.

Dicta illa Aeloii abstulere Cauri             20

Cei sparsum cinerem leves procellae

Latis turbine saeviente campis.